/ je capture, je veux ne penser à rien / comme quand je fais des lights il ne faut pas penser / d'abord je suis du vivant / de la lumière c'est-à-dire des couleurs / 450nm c'est bleu / dix-sept ans que je fabrique des tableaux scéniques / précipité derrière le rouge / cyclo + tulle = grain / le hasard et toutes ses lettres de noblesse, le déclencheur c'est le silence / action, bouge, fais quelque chose / je connais bien le spectre et pourtant le nuancier ne s'arrête jamais de créer / limite ce n'est même pas moi, et pourquoi choisir? quelle différence? / ambivalent et ambidextre / beaucoup de latéraux pour de la danse, mais surtout, du rythme / le contrepoint / je sais, je vais faire un shoot à Berlin, là-bas c'est bien, c'est libre / ce qui fait sens, ce qui fait vibrer, moi ça m'interpelle / et s'il n'existe pas de vérité il existe une exactitude, et une justesse / la simplicité, moi, des fois, je trouve ça magique / myriade de pensées profondes quand sourdait une idée / pour exorciser mes appréhensions / le temps sera le maître de celui qui n'a pas de maître / masque en papier mâché et colle vinylique que je cousais aux pommettes / mais après il faut être libre, et ne pas penser, alors quand on s'arrête songeur, sans savoir pourquoi, quand le cadre nous englobe, transporté par la langueur d'une onde, brille dans les yeux une question / je suis très rêveur, et je vis peu dans le présent c'est comme ça / parfois je me perds sur la tommette / parfois je me balance quand je réfléchis / ce  qui nous sauvera toujours c'est l'esthétique, ça a toujours été / ça, et laisser peut-être un petit quelque chose pour l'après / c'est vrai, au fond, on aime toujours laisser quelque chose, une pensée, une image, que mille mots / 
.

read more there

Back to Top